Site Loader
  Français
Titre
À la recherche de Carl Theodor Dreyer
Réalisateur
Michelle Porte
Auteur
Durée
0 h 55 min
Date de sortie
1987
Genres
Résumé
A partir de la documentation réunie par Maurice Drouzy, Michelle Porte va à la recherche de Carl Theodor Dreyer en parcourant les lieux où a il vécu, au Danemark, de 1889 à 1968. Des extraits de ses films (La Passion de Jeanne d'Arc, 1927, Dies irae, 1943, Ordet, 1955, Gertrud, 1964) ponctuent le récit raconté en voix off. Dreyer, de film en film, cherchait à s'approcher de plus en plus de la tragédie humaine ; il avait lui-même été marqué par les événements dramatiques de sa naissance et de son enfance. Abandonné à sa naissance par sa mère et malheureux dans sa famille adoptive, Dreyer avait découvert, à l'âge de dix-neuf ans, que sa mère était morte des années auparavant dans les douleurs d'un avortement après une deuxième grossesse non désirée. Ses films prendront tous le parti de victimes de l'ordre établi contre l'intolérance, comme un désir fou de faire revivre sa mère. Il filmera même une résurrection dans Ordet. Entre ses oeuvres magnifiques de rigueur et d'invention - le cinéma était sa seule passion - il sera empêché de tourner pendant de nombreuses années et gagnera sa vie comme journaliste ou directeur de salle. (Dominique Villain)
Pays
 France
Langues
Français
Producteur
Directeur photographie
Compositeur
Site officiel
Production
TF1, INA

A partir de la documentation réunie par Maurice Drouzy, Michelle Porte va à la recherche de Carl Theodor Dreyer en parcourant les lieux où a il vécu, au Danemark, de 1889 à 1968. Des extraits de ses films (La Passion de Jeanne d’Arc, 1927, Dies irae, 1943, Ordet, 1955, Gertrud, 1964) ponctuent le récit raconté en voix off.

Dreyer, de film en film, cherchait à s’approcher de plus en plus de la tragédie humaine ; il avait lui-même été marqué par les événements dramatiques de sa naissance et de son enfance. Abandonné à sa naissance par sa mère et malheureux dans sa famille adoptive, Dreyer avait découvert, à l’âge de dix-neuf ans, que sa mère était morte des années auparavant dans les douleurs d’un avortement après une deuxième grossesse non désirée. Ses films prendront tous le parti de victimes de l’ordre établi contre l’intolérance, comme un désir fou de faire revivre sa mère. Il filmera même une résurrection dans Ordet. Entre ses oeuvres magnifiques de rigueur et d’invention – le cinéma était sa seule passion – il sera empêché de tourner pendant de nombreuses années et gagnera sa vie comme journaliste ou directeur de salle.

(Dominique Villain)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *